Aquabike – Teaser

C’est l’histoire d’un couple qui se fait voler une bonne nouvelle par un couple qui se dispute.

Un film de THOMAS RAULT

Avec JULIA GÓMEZ
SOPHIE PÉAULT
CAROLINE FERRUS
MORGANE MAISONNEUVE

Image TANGI LE BIGOT
Assisté de SEBASTIEN VALLÉE
Son GEORGES RICHARDEAU et YOHAN GERARD

Merci au Théâtre de l’ultime.

Publicités

Moules & Préformes : 3 films pour l’industrie plastique en un an

Je viens de tourner une pub pour l’usine de la société COMEP à côté de Cognac. C’est la troisième fois en un an que je travaille pour l’industrie plastique : je suis en train de devenir un spécialiste du PET, par hasard !

Il y a un an, la société SGT me demande de valoriser l’usine de Rezé :

Dans la foulée, la société ACTIPLAST m’appelle.  » on vient de voir le film de SGT, le pitch est simple : on veut la même chose  » :

Enfin, la société COMEP me contacte pour me demander un film similaire.

***

Vive les copeaux, vive les machines à commande numérique. Je vais bientôt mettre un poster de machines 5 axes dans mon bureau.

thomas rault – ingénieur réalisateur

****

La naissance des mouches, au conservatoire

la naissance des mouches

Vendredi dernier, j’ai présenté au conservatoire de Nantes la naissance des mouches. Documentaire de 52 mn sur les coulisses de la compagnie de danse contemporaine NGC25, durant la création du spectacle Il y a toujours des mouches dans les bars …

_1060098

La directrice du conservatoire de Nantes, Viviane Serry, souhaitait présenter à ses élèves un film qu’elle considère comme  » un regard très objectif sur le métier de danseur.  » J’ai ainsi eu la chance d’accompagner le chorégraphe Hervé Maigret pour répondre aux questions des étudiants du conservatoire.

Voici donc, pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, la naissance des mouches, film en noir et blanc, que j’ai réalisé en 2012.

Plus d’infos sur la compagnie NGC25 : http://www.ngc25.com

Filmer vite ou  » comment utiliser l’éclairage disponible « 

Easy Work-Hotel Mercure-journal

Comme souvent en tournage, la gestion du temps est complexe !

Hier, j’ai tourné un film pour l’Hotel Mercure. Le prix de vente de ce film ne me permet pas de venir en équipe. Je n’ai donc pas d’assistant pour la lumière.

Il faut alors maitriser quelques astuces pour se débrouiller seul, et vite, tout en shootant de beaux plans.

Merci au comédien Damien Mourguye qui apparait sur les photos.

Le contre-jour n’est pas mon ennemi

Easy Work-Hotel Mercure-reflecteur

Contrairement aux idées reçus, filmer en contre-jour permet une belle lumière : il suffit de bien exposer le sujet, avec un réflecteur improvisé par exemple (ici la feuille blanche).

Utiliser les  » zones de confort « 

Easy Work-Hotel Mercure-client Easy Work-Hotel Mercure-presentation

Les « zones de confort » (table de presse, ou alcôve de réunion ) sont prévues pour proposer du confort aux clients. Elles sont donc naturellement bien éclairées. Il suffit donc de filmer dans ces endroits où la lumière est déjà « préparée ». Le résultat donne une impression de réalisme alors que la lumière est tout sauf naturelle.

Garder des marges de manoeuvre pour la post-prod

Easy Work-Hotel Mercure-print Easy Work-Hotel Mercure-itw Easy Work-Hotel Mercure-tel

Quand je filme, je sais que je vais retoucher les images en post-prod essentiellement avec le logiciel FCP X.  Je ne considère pas que bruler les blancs, ou boucher les noirs, soit interdit mais cela doit être assumé car la post-prod ne pourra rien y faire. Par contre, l’astuce consiste à filmer avec l’image la plus « plate » possible (peu de contraste) pour pourvoir retoucher en post-prod. Ainsi l’éclairage ne consiste plus à filmer un beau sujet mais un sujet qui a le potentiel à le devenir.

Bilan

Du contre jour et un réflecteur.

Placer les protagonistes dans les espaces où il sont censés être !

Anticiper la post-prod.

Résultat

Le film est en cours de montage, résultat la semaine prochaine.

montage Hotel Mercure