L’éveil à la nature

Nouveau film pour l’association Une souris verte :

Et si la découverte de la nature se proposait dès le plus jeune âge ? C’est la question que s’est posée l’équipe pédagogique de la crèche associative « Une souris verte 2 ». Située dans le quartier résidentiel du Haut Chantenay, les locaux de cette structure d’une capacité d’accueil de 30 jeunes enfants bénéficie d’un grand jardin arboré et clos. De l’envie d’exploiter toutes les propositions qu’offre cet espace, les professionnels se sont interrogés sur la dimension d’éveil du tout petit en lien avec la nature, la terre, l’eau, les plantes et le jardinage.




Le temps pour toit – Portraits croisés

À l’occasion de ses 10 ans, l’association Le temps pour toit m’a commandé cinq portraits croisés de duos vivant en cohabitation intergénérationnelle.

 


 


 


 


 



letempspourtoit.fr crée et accompagne des cohabitations intergénérationnelles depuis 10 ans maintenant. Pour fêter cet anniversaire, l’association a voulu montrer la cohabitation de l’intérieur, racontée par les duos eux-mêmes qui, en partageant leur quotidien, construisent une histoire et une richesse uniques. La preuve que chacun peut apporter à l’autre, quel que soit son âge ou sa situation, que c’est la personnalité, le parcours et l’envie d’aller vers l’autre en respectant sa singularité qui créent la réussite. 
L’habitat intergénérationnel est une façon d’habiter innovante, pertinente dans un contexte de vieillissement de la population mais aussi de sentiment de solitude exprimé par toutes les générations. Cependant une cohabitation ne s’improvise pas, elle doit être encadrée et, au besoin, recadrée en cours de cohabitation. C’est ce que propose Le temps pour toiT avec l’analyse des besoins, la mise en relation des profils qui correspondent, la contractualisation et l’accompagnement des duos. L’association intervient aussi en médiation si nécessaire. 
Avec 10 ans d’expérience, Le temps pour toiT veut témoigner de la richesse de ces cohabitations et encourager un plus grand nombre à aller vers cette formule, pas envie et non simplement par besoin !

À noter : le 15 septembre, les photographies de dix duos réalisées par Tangi Le Bigot seront exposées à l’espace Welcome à Angers .

GYMNOPÉDIES / HENRI MICHAUX : MOUVEMENTS / Marie Chouinard – Danse

maxresdefaultmaxresdefault-1photo_gymnopedies_02-60_lesdanseursdelaciemariechouinard_sylvieannpare_carrousel


À chaque instant des trois mouvements des Gymnopédies de Érik Satie, interprétées live au piano par les danseurs, l’érotisme affleure. Femmes sur pointes et hommes taillés célèbrent la sensualité de la chair. Lors d’intimes duos et solos, les corps dénudés s’ébattent, s’émeuvent, se jouent aussi avec humour. Puis la chorégraphe ose dans le deuxième opus une stupéfiante incarnation littérale de Mouvements, un livre d’Henri Michaux composé d’un long poème et de 64 dessins à l’encre de Chine. Les pages de l’immense livre ouvert défilent sous nos yeux. Les silhouettes des danseurs, noires sur fond blanc, deviennent des calligraphies vivantes, félines et reptiles, bondissantes ou rampantes. Corps animal ou cri viscéral, Marie Chouinard sait provoquer nos sens et convoquer notre fond sauvage. – Le Grand T

Les danseurs sont très forts ! Excellente idée de reproduire des dessins avec des corps dansants.

Quel regard portons-nous sur la vieillesse ?


La Ville de Nantes a demandé à une agence spécialisée dans le théâtre (La belle boîte) de questionner une centaine de nantais sur le thème de la vieillesse. Des ateliers d’écriture ont alors vu le jour dans différents lieux de la ville. À partir du contenu de ces échanges, La belle boîte a créé une pièce de théâtre : L’étincelle. Pour conserver une trace de cette initiative, ils m’ont demandé de filmer les différentes étapes de cette création.

Lazare (3/3) – Olivia

Troisième et dernier portrait pour l’association Lazare.

Olivia vit à Nantes, en collocation avec des personnes anciennement de la rue et des jeunes professionnels. Elle raconte son quotidien.

Extrait du site de Lazare :

 » Nous pensons que si les personnes sans domicile fixe ont besoin d’un toit, elles ont tout  autant besoin de relations humaines. Le citoyen en nous apprécie les actions déterminées  des pouvoirs publics pour lutter contre l’exclusion. Mais nous nous sentons aussi une responsabilité directe vis-à-vis de nos semblables qui sont à la rue, en  souffrance, et nous savons que nous pouvons les aider. Nous choisissons de vivre ensemble avec eux, dans la simplicité, jour après jour.

Une expérience depuis 2006, des lieux pour se (re) construire

Nous proposons des appartements «ordinaires» non mixtes, à taille humaine, où peuvent cohabiter de 6 à 10 personnes. Chacun a une chambre individuelle, les espaces cuisine, salon et sanitaires sont communs.

Les personnes accueillies sont des personnes sans logement, soit « à la rue », soit en foyer d’hébergement collectif ou encore hébergées provisoirement à l’hôtel. Ces personnes sont orientées par des associations spécialisées qui s’engagent à continuer leur accompagnement social (démarches administratives, recherche d’emploi…).

Les accompagnateurs s’engagent, à côté de leur travail et de leurs activités personnelles, à être présentes et disponibles à leur colocation.

La durée de séjour des personnes au sein d’un appartement n’est pas limitée a priori, mais adaptée au besoin de chacun et à ses capacités d’autonomie. »

Plus d’infos  : http://www.lazare.eu