JOHN -Lloyd Newson (DV8) / Théatre physique

Le théâtre physique de DV8 va loin. Dans la virtuosité, la violence et la beauté. Parmi les plus influentes de la scène contemporaine, la compagnie britannique cisèle un art documentaire, chorégraphique et verbal sans concession. Encensé par la critique internationale, DV8 vient pour la première fois à Nantes, seule étape de sa tournée française avant le Théâtre de la Ville à Paris. 

Alors qu’il collectait les récits d’amour de 50 hommes dans un sauna gay de Londres, Lloyd Newson rencontre John. C’est son histoire seule, banale et brutale, que le metteur en scène de DV8 choisira de porter. Une parole crue incarnée par dix danseurs-acteurs d’exception. Le plateau tournant entrouvre et claque les portes d’un intime décrépi où oscillent des êtres en déséquilibre. Crispations du manque, contorsions de la jouissance et tensions du désir, les mouvements organiques prolongent la parole, amplifient les mots et enlacent les démons : vol, viol, drogue, sexe et abîme. John existe et c’est sa vie que mots et corps mouvementés nous livrent ici. Un spectacle performance, à vivre comme une expérience intense. Le Grand T

 

Lucrèce Borgia – David Bobée / Théatre

4432666_7_4a7e_beatrice-dalle-dans-lucrece-borgia-mise-en_51575fc5d7b3372ac7cc95749f2c041c


Béatrice Dalle est Lucrèce, sanguinaire héritière du clan Borgia. Pour les premiers pas au théâtre de la sulfureuse, David Bobée lui offre un rôle à sa démesure. Entourée de onze acteurs, acrobates, danseurs et chanteurs, elle incarne la puissance et la fragilité d’une femme assoiffée d’amour et de cruauté dans une Venise crépusculaire. 

Venise, carnaval. Gennaro et sa bande fêteront toute la nuit. Mais l’eau noire des canaux s’agite d’obscurs complots et reflète la lueur des crimes. Lucrèce l’empoisonneuse, mère et monstre, démasquée, cherche la rédemption dans l’amour de son fils. Elle y trouvera la mort. C’est tragique, énorme, on a la gorge serrée, mais on suit Lucrèce dans sa chute sans jamais rien lâcher. David Bobée n’était encore jamais venu au Grand T. En héritier de la grande tradition du théâtre populaire, il compose une mise en scène qui magnifie la pièce rare de Victor Hugo : le plateau d’eau éclabousse les combats, le mur de projecteurs aveugle les âmes et les chansons folk de Butch McKoy bercent la monstruosité. C’est un théâtre qui vous transporte et emporte tout. Le Grand T

GYMNOPÉDIES / HENRI MICHAUX : MOUVEMENTS / Marie Chouinard – Danse

maxresdefaultmaxresdefault-1photo_gymnopedies_02-60_lesdanseursdelaciemariechouinard_sylvieannpare_carrousel


À chaque instant des trois mouvements des Gymnopédies de Érik Satie, interprétées live au piano par les danseurs, l’érotisme affleure. Femmes sur pointes et hommes taillés célèbrent la sensualité de la chair. Lors d’intimes duos et solos, les corps dénudés s’ébattent, s’émeuvent, se jouent aussi avec humour. Puis la chorégraphe ose dans le deuxième opus une stupéfiante incarnation littérale de Mouvements, un livre d’Henri Michaux composé d’un long poème et de 64 dessins à l’encre de Chine. Les pages de l’immense livre ouvert défilent sous nos yeux. Les silhouettes des danseurs, noires sur fond blanc, deviennent des calligraphies vivantes, félines et reptiles, bondissantes ou rampantes. Corps animal ou cri viscéral, Marie Chouinard sait provoquer nos sens et convoquer notre fond sauvage. – Le Grand T

Les danseurs sont très forts ! Excellente idée de reproduire des dessins avec des corps dansants.

Savoir enfin… Le Monde et Télérama

Complètement accro au spectacle Savoir enfin qui nous buvons… de Sebastien Barrier, j’ai eu le plaisir d’en filmer quelques extraits en juillet dernier au domaine de la Paonnerie de Jacques et Agnès Carroget.

Ces quelques images apparaissent dans deux articles de Télérama et Le Monde.




 

Et le difficile Journal d’un morphinomane :



À ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion d’écouter cette conférence gonzo , courrez-y !