Petit con – photos de tournage

Petit Con est un court métrage que je réalise en ce moment. Il sera diffusé au cinéma le concorde le mardi 13 septembre dans le cadre d’une soirée Mad Cow.

Le film est produit par OHNK.

Merci à Pierre Koller, photographe de plateau, pour les photos.

 

Ouest France – Tournage du court métrage PETIT CON

2016-06_PierreKoller_tournage-petitcon_3537.jpg

Article paru dans Ouest France de Basile CABILLAUD. Photo de Pierre Koller.

Les passants craignaient qu’une femme, ayant enjambé un pont à Nantes, se jette dans la Loire… Mais la suicidaire était une actrice.

Insolite

Une course folle, pont Haudaudine, au pied du CHU de Nantes. Une femme (JULIA GOMEZ), la trentaine, file à grandes enjambées, direction le sommet du pont qui surplombe la Loire. Puis enjambe la rambarde. Sous ses pieds, la Loire et ses forts courants, quelques mètres plus bas.

Jeudi et vendredi, en fin de journée, la scène a surpris plus d’un passant et automobiliste qui passaient par là. Plusieurs conducteurs interloqués ont freiné d’urgence pour aller secourir la jeune femme, prise pour une désespérée. Un ambulancier qui repartait du CHU a pris la situation très au sérieux, ne voulant pas remonter dans son camion tant que la femme n’était pas revenue sur la terre ferme…

« Bien accrochée, elle ne risquait rien »De grosses frayeurs. Sauf que la femme, suicidaire pour les passants, est une comédienne. Jeudi et vendredi, elle participait au tournage de Petit Con, un court-métrage de sept minutes, tourné en une seule prise. « L’histoire d’un homme qui annonce à sa femme qu’il a traversé la Loire à la nage », raconte Thomas Rault, le réalisateur.

La bonne prise a été réalisée vendredi soir après une dizaine d’essais. Reste à l’équipe de tournage à monter le court-métrage, produit par la société OHNK et qui sera diffusé pour la première fois le 13 septembre au cinéma Le Concorde à Nantes.

Pour les passants apeurés, le réalisateur tient à se montrer rassurant : « La comédienne était en sécurité, elle était bien accrochée et ne risquait rien. »

Ce que je retiens de ma participation au FIFMA

CinemaLeMelies.jpg


Du 7 au 10 avril 2016, les métiers d’art ont fait leur cinéma dans le plus grand cinéma d’art et d’essai public d’Europe, Le Méliès de Montreuil.


 

 

Le film Agnes Roze-Restauratrice de tableaux, que j’ai réalisé l’année dernière, y était nominé.


 


 

Le film n’a pas été primé. C’est un film expérimental de MIL MASCARAS qui a remporté le prix dans la catégorie du meilleur court-métrage. À noter également le prix du jury à l’unanimité pour le long métrage documentaire de Pauline de Chassey  Génération Y… à l’heure du thé, et le prix contemporain pour le docufiction de Julie Nguyen Van Qi Les fantômes de l’escarlate.



Pour la première fois, j’ai été frustré du format trop court du film sur Agnes Roze. Le film dure 3 mn 30.

À l’origine, ce film était uniquement destiné à une diffusion sur le net. D’où le choix d’une forme courte et synthétique. Il s’inscrivait également dans un besoin, presque vital, de développer des projets rapidement, en parallèle des usines à gaz, que représentent souvent les long métrages.  Mais, avec ces projections en festivals, je découvre le besoin d’une forme intermédiaire, (entre 10 et 15 minutes) pour pouvoir raconter un peu plus de choses tout en restant dans l’énergie. Un mélange entre une simplicité de développement (tournage de 2 jours maximum) et un peu plus de profondeur.

Formellement, je commence à vouloir goûter à une nouvelle classe de caméras. Jérome de Gerlache, réalisateur de Heart of Glass, m’a vanté les mérites de sa ARRI AMIRA ; visiblement un beau mix entre image cinéma et pratique documentaire. Pour le son, un mixage 5.1 par un professionnel pour une diffusion en salle de cinéma commence aussi à être nécessaire.

En bref, je ressors de ce festival avec une envie de passer à une nouvelle étape. Merci à toute l’équipe pour l’accueil,  pour les rencontres, et qui sait, peut-être à dans 2 ans.

 

Tournage Radicale – ça avance


Suite des images que je tourne pour le film  » Radicale « , documentaire sur le combat que mène Laëty pour rapprocher sourds et entendants.
Extrait du concert bilingue de Laëty, avec Radikal MC et Eddy, filmé au Ferrailleur – Nantes pour HipOpsession 2016.
Directeur de la photographie : Tangi Le Bigot.
Morceau « J’ai vu » // album  » Lever l’encre  » // itunes.apple.com/fr/album/lever-lencre/id985688032

Sélectionné au FIFMA

Agnes Roze – restauratrice de tableaux est sélectionné au festival international du film sur les métiers d’art.



POUR SA 10E ÉDITION LE FIFMA PREND DE L’AMPLEUR ET DE NOUVEAUX QUARTIERS AU CŒUR DU GRAND PARIS !

Un anni­versaire d’importance pour le Festival International du Film sur les Métiers d’Art qui décide et opère, pour l’oc­casion, deux changements majeurs. Rallonger sa pro­grammation et migrer de Montpellier à l’Est parisien.

Le FIFMA s’adresse aux professionnels des métiers d’art et du cinéma mais aussi au grand public, tous âges confondus, appelés à découvrir la magie des matières, le savoir-faire des créateurs et l’univers de métiers singu­liers. Portraits, documentaires, reportages, films d’ani­mation, films expérimentaux sont au menu du festival, dont la vocation est de célébrer l’union féconde du cinéma et des métiers d’art. Une quarantaine de films seront projetés, assortis de débats et de rencontres avec les réalisateurs dans le plus grand cinéma d’art et d’essai d’Europe : le Méliès, à Montreuil.

En 2015, le cinéma a fait peau neuve et s’est doté des derniers équipements technologiques : sonorisation dernière génération, isolation phonique, définition de l’image supérieure à la HD… Toutes les conditions sont réunies pour faire vivre au spectateur une expérience inoubliable où l’émo­tion prime, autour des valeurs humaines que porte la création.

À vivre du 7 au 10 avril 2016 au Méliès à Montreuil.

Plus d’infos sur ce festival : http://www.fifma.com

Capture d’écran 2015-01-13 à 14.16.29

Et plus d’infos sur le travail d’Agnes : http://www.restaurationdetableaux.sitew.fr

Colloque – Le temps pour toit

DC0A0236


Nos représentations des âges en question

J’ai réalisé il y a quelques mois, accompagné du photographe Tangi Le Bigot,  quelques portraits filmés pour l’association Le temps pour toit. Cette structure met en oeuvre l’habitat partagé intergénérationnel et solidaire dans le Grand Ouest. Son activité principale est de mettre en relation des « hébergés » (étudiants, salariés en mobilité professionnelle) avec des « hébergeurs » (personnes âgées, seules, isolées, familles monoparentales) dans le cadre d’un échange « un toit contre une présence », échange contractualisé et accompagné par l’association.

DC0A0067


Pour ses 10 ans, l’association organisait un colloque. Ils m’ont proposé de partiper à l’une des tables rondes.

Aller au-delà des catégories et de ses propres représentations, à titre personnel et professionnel, pour vivre pleinement son âge et mieux vivre ensemble. Inviter médias, politiques, marketeurs à jouer pleinement leur rôle de contributeurs à une nouvelle construction sociale du parcours de vie, ouvrant les frontières ou permettant de les transgresser. Du point de vue de l’habitat en particulier, changer de point de vue, se dire que cohabiter n’est pas si étrange et qu’au contraire, c’est s’en écarter qui est étrange et source d’isolement dans le contexte socio-économique actuel.
Avec : Catherine Piau, adjointe au maire de Nantes, déléguée aux seniors, personnes âgées et solidarité intergénérationnelle ; Olivier Quentin, journaliste France 3 Pays de la Loire ; Thomas Rault, réalisateur et Patrick Pierre, directeur de l’Enacom.

Merci à eux et à Pascal Massiot, rédacteur en chef de JET FM qui a animé cette journée, pour la qualité des discussions.

Merci également à Tangi Le Bigot pour les photographies.

Plus d’infos sur les temps forts de la journée, avec en particulier les interventions de Serge Guérin (sociologue spécialiste du vieillissement et professeur à l’INSEEC Paris) et Pr. Gilles Berrut (chef du pôle gérontologie du CHU de Nantes) : http://www.letempspourtoit.fr