QUELQUES HEURES DE PRINTEMPS – Stéphane Brizé / film

Evernote Camera Roll 20130219 153643


A 48 ans, Alain Evrard est obligé de retourner habiter chez sa mère. Cohabitation forcée qui fait ressurgir toute la violence de leur relation passée. Il découvre alors que sa mère est condamnée par la maladie. Dans ces derniers mois de vie, seront-ils enfin capables de faire un pas l’un vers l’autre ?

C’est un film qui défend le droit au suicide assisté. Beaucoup de pudeur et d’humanité. Très beau film. Je trouve dommage qu’il y ait de la musique.  72 scènes – 2 plans séquences admirables en fin de film de 7 et 9 mn. Big up Vincent Lindon  !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s